L’industrie aérospatiale canadienne trace une nouvelle voie

17 juin, 2019

Le rapport Vision 2025 appelle à l’action pour maintenir la position de chef de file du Canada

PARIS (France), le 17 juin 2019 – Jean Charest, ancien vice-premier ministre et premier ministre du Québec, a présenté aujourd’hui le rapport Vision 2025 de l’Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC) au Salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris-Le Bourget. Alors que l’on prévoit une croissance marquée dans l’industrie mondiale au cours des 20 prochaines années, la concurrence s’est également accrue, faisant peser sur le Canada le risque de perdre sa part de cette croissance au profit des industries de l’aérospatiale des autres pays qui bénéficient de hauts niveaux de soutien, de planification et d’investissement gouvernementaux.

« La concurrence mondiale n’a jamais été aussi féroce et le Canada se trouve aujourd’hui à un tournant où il a le choix entre se doter des moyens pour être concurrentiel ou se laisser distancer », a déclaré M. Charest. « L’industrie aérospatiale canadienne joue un rôle majeur dans la santé économique de notre pays. Notre industrie a accompli de grandes choses et ce n’est pas par hasard. C’est grâce à la vision commune du gouvernement et de l’industrie qui travaillent et investissent ensemble. Et c’est cette vision qu’il faut renouveler aujourd’hui. »

Le rapport recommande six priorités pour la prospérité et des moyens de resserrer la collaboration entre le gouvernement canadien et les acteurs de l’industrie de l’aérospatiale, afin que le pays conserve une position dominante dans une économie mondiale marquée par une concurrence de plus en plus féroce. Ces priorités sont les suivantes :

  • Former la main-d’œuvre la plus compétente et talentueuse du monde
  • Assurer la prospérité et le croissance des petites et moyennes entreprises de l’aérospatiale
  • Faire preuve d’innovation pour saisir les nouvelles occasions, notamment dans les domaines des vols neutres en carbone et des véhicules télépilotés
  • Investir pour maintenir la position du Canada comme organe de réglementation de classe mondiale
  • Faire valoir le rôle du Canada à l’avant-plan du secteur de l’espace
  • Maximiser les partenariats liés à l’approvisionnement en matériel de défense et les partenariats intergouvernementaux pour stimuler la croissance de l’industrie

Dans le cadre de l’initiative Vision 2025 de l’AIAC, M. Charest a présidé des journées de mobilisation à Ottawa, à Winnipeg, à Halifax, à Vancouver, à Montréal et à Toronto. Ces séances ont ouvert un dialogue entre l’industrie, le gouvernement, le public et les autres parties intéressées en vue d’élaborer un plan pour l’avenir du Canada dans le marché international de l’aérospatiale et pour trouver des moyens de resserrer la collaboration entre l’État et l’industrie.

Aujourd’hui, l’industrie canadienne de l’aérospatiale représente près de 215 000 emplois répartis dans toutes les régions du pays, et sa contribution annuelle à l’économie se chiffre à 25,5 milliards de dollars. Le Canada est le seul pays à se classer parmi les cinq premiers producteurs tant de simulateurs de vol civil que des sous-catégories de moteurs et aéronefs.

« L’industrie canadienne de l’aérospatiale fait face à des enjeux de taille. Les occasions et les risques sont nombreux », explique Jim Quick, président et chef de la direction de l’AIAC. « Le rapport se fonde sur nos observations et trace une nouvelle voie pour le Canada, afin qu’il demeure un chef de file mondial de l’aérospatiale et qu’il saisisse les occasions dans cette industrie en pleine croissance. »

L’industrie canadienne de l’aérospatiale a le potentiel de créer 55 000 emplois et d’augmenter de 7 milliards de dollars sa contribution à la croissance économique. Son succès repose sur le renouvellement de son partenariat avec les pouvoirs publics pour stimuler sa croissance.

« Ce rapport plaide avant tout pour la création de partenariats qui vont stimuler l’emploi, l’innovation et la croissance, indique Pat Mann, président du conseil d’administration de l’AIAC. Je siège au conseil de l’AIAC depuis 30 ans et je peux affirmer que le conseil approuve sans réserve le contenu du rapport. Notre secteur y croit fermement et nous faisons nôtres ses recommandations. »

Quelques chiffres :

  • L’industrie canadienne de l’aérospatiale représente près de 215 000 emplois de qualité répartis dans toutes les régions du pays. Elle est active dans toutes les provinces et sa contribution annuelle au PIB se chiffre à 25,5 milliards de dollars.
  • L’aérospatiale emploie trois fois plus de travailleurs spécialisés dans les STIM que la moyenne nationale des secteurs de la fabrication. Parmi ces travailleurs spécialisés dans l’aérospatiale, le quart sont des femmes.
  • L’industrie de l’aérospatiale investit chaque année plus de 1,4 milliard de dollars en R&D, soit près du quart de tous les investissements en R-D dans le secteur de la fabrication, ce qui classe l’aérospatiale au premier rang de l’investissement dans l’innovation.
  • Dans le domaine de l’aviation civile, le Canada se classe au premier rang mondial pour la simulation de vols, au troisième pour la construction de moteurs et au quatrième pour la construction d’aéronefs.  C’est le seul pays à se classer parmi les cinq premiers dans tous ces secteurs clés.
  • L’industrie canadienne de l’aérospatiale exporte plus de 70 % de sa production vers plus de 190 pays sur tous les continents.
  • Dans le secteur canadien de la fabrication aérospatiale, l’emploi a reculé de 5 % et la contribution au PIB a décliné de 4 % depuis 2012.

Pour plus d’information, visitez le  www.aiac.ca/vision2025 (en anglais) ou le www.aiac.ca/fr/vision2025 (en français).

Relation avec les médias :

En anglais
Shanice Scott
Tél. : 416 920-0716, poste 240
Courriel : sscott@counselpa.com

En français
Marie-José Begin
Tél. : 514 994-0802
Courriel : mbegin@casacom.ca