L’Association des industries aérospatiales du Canada lance Vision 2025 pour imaginer l’avenir du secteur et assurer sa croissance

9 octobre, 2018

Ancien vice-premier ministre et premier ministre du Québec, M. Jean Charest, chapeautera l’initiative

OTTAWA (Ontario), 9 octobre 2018 – L’Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC) lance aujourd’hui officiellement Vision 2025, une initiative qui sera menée par l’honorable Jean Charest, présentement associé chez McCarthy Tétrault.

Vision 2025: Au-delà de notre imagination est initiative de l’industrie qui ouvre un nouveau dialogue entre les entreprises, le gouvernement, le public et les autres parties prenantes impliquées. Ensemble, ils définiront le futur du secteur aérospatial international.

« Je suis emballé par les forces de notre industrie aérospatiale et par les opportunités que nous avons de miser sur ces atouts afin de devenir une puissance mondiale, a dit M. Charest. L’industrie aérospatiale canadienne joue un rôle majeur dans la santé économique de notre pays. Vision 2025 veut s’assurer que l’industrie, qui comprend les secteurs de l’aviation civile, ainsi que la défense et l’espace, travaille conjointement avec le gouvernement et la communauté pour stimuler l’innovation, les activités commerciales, les emplois et la prospérité au Canada, et ce pour les années à venir. »

Le Canada a la 5e plus importante industrie aérospatiale au monde, laquelle contribue à hauteur de près de 25 G$ à l’économie canadienne pour la seule année 2017, en plus de générer près de 190 000 emplois. Toutefois, des pays avec une industrie aérospatiale établie développent des politiques et des stratégies afin d’acquérir davantage de parts de marchés. D’autres nations comptant une industrie aérospatiale émergente sont également très agressives pour progresser dans ce secteur. De ce fait, le Canada aura besoin d’une stratégie commune pour maintenir et faire croître sa forte présence sur le marché mondial.

« L’aérospatiale croît et évolue à un rythme sans précédent et le Canada ne peut se permettre aucune complaisance. De nouveaux marchés s’ouvrent et de nouveaux joueurs créent un environnement extrêmement compétitif, a dit M. Jim Quick, président et chef de la direction de l’AIAC. Dans une économie mondiale des plus compétitives, le Canada a besoin que le gouvernement et l’industrie mettent de l’avant une vision claire et à long terme, de même qu’une stratégie pour le secteur. Voilà pourquoi Vision 2025 est essentiel à notre succès. »

Vision 2025 va regrouper des leaders de l’industrie, des représentants du secteur de l’éducation et des gouvernements, ainsi que les communautés, afin qu’ils partagent leur expertise, leurs ambitions et leurs visions pour le futur du secteur aérospatial. L’AIAC rejoindra les membres du gouvernement et de l’industrie au cours de l’automne et l’hiver 2018-2019 et M. Charest dirigera les échanges qui se dérouleront dans plusieurs villes où l’industrie est très présente, dont Toronto, Montréal, Vancouver et Halifax. L’AIAC intégrera également Vision 2025 au Sommet de l’aérospatiale canadienne qui se tiendra les 13 et 14 novembre, à Ottawa.

Vision 2025 culminera avec la création d’un rapport basé sur l’information recueillie durant les événements, lequel identifiera les priorités de la stratégie nationale de l’aérospatiale.

« J’ai hâte d’entendre des échanges ouverts et productifs sur les façons que le Canada pourra utiliser ses avantages concurrentiels et surpasser les écueils afin de croître et d’innover pour que notre industrie aérospatiale continue à performer malgré les risques et l’incertitude à l’échelle mondiale », a conclu M. Charest.

Faits saillants:

  • L’année dernière, le PIB manufacturier lié au secteur canadien de la fabrication aérospatiale figurait parmi les plus élevés au monde.
  • La proportion d’employés des secteurs STGM (science, technologie, génie et mathématique) travaillant en aérospatiale est trois fois plus élevée que la moyenne nationale observée dans l’industrie de la fabrication.
  • L’aérospatiale investit davantage en innovation que les autres secteurs manufacturiers au Canada, soit plus de 1.8 G$ annuellement, ce qui représente près du quart de l’ensemble de la recherche et développement fait dans le secteur manufacturier.
  • Le Canada est premier au monde en matière de simulation d’aviation civile et deuxième dans la production d’avion d’affaires.
  • Malgré les forts indicateurs mentionnés ci-haut, alors que d’autres pays ont augmenté leurs investissements dans l’aérospatiale, le Canada a glissé de la 8e place en 1992 à la 18e place (en pourcentage du PIB) à cet effet. De plus, le pays n’a pas de plan à long terme pour orienter les investissements faits au Canada, et ce depuis plusieurs décennies.
  • Le pourcentage d’emplois dans l’industrie aérospatiale canadienne a diminué de 5 % et sa contribution au PIB a perdu 4 % depuis 2012.

Pour plus d’information, visitez le www.aiac.ca/fr/vision2025.

Contact média :

Mylène Demers | CASACOM
mdemers@casacom.ca
514 286-2145, poste 232
514 261-5840 (cellulaire)