L’AIAC Publie des Recommandations Pour le Secteur de l’Aérospatiale et Demande au Gouvernement Fédéral de Mettre En Œuvre Une Stratégie Sectorielle à Long Terme

2 juin, 2020

OTTAWA (ONTARIO), le 2 juin 2020 – L’Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC) a publié aujourd’hui six recommandations clés qui s’appuient sur le plan Vision 2025 et a réitéré son appel au gouvernement fédéral pour qu’il reconnaisse l’aérospatiale comme un secteur stratégique ayant besoin de façon urgente d’une stratégie sectorielle à long terme.

« Les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur l’industrie aérospatiale sont sans précédent. Les conséquences de l’immobilisation des avions au sol se font sentir dans toute notre industrie, qu’il s’agisse des fabricants d’équipement d’origine (FEO), des employés des services d’entretien, de réparation et de révision (concept de MRO) ou des efforts soutenus liés aux actifs du Canada dans l’espace. Avec l’allongement des délais causé par le ralentissement de la chaîne de production, les effets économiques dévastateurs de la présente crise se feront sentir dans toute notre industrie pendant plusieurs années », a déclaré Mike Mueller, vice-président senior de l’AIAC.

« Les pays avec lesquels nous sommes en concurrence font de l’aérospatiale un élément clé de leurs plans de reprise économique. Le Canada se doit de prendre des mesures semblables, non seulement afin de conserver sa position actuelle, mais aussi afin d’être prêt pour les occasions qui se présenteront sur le marché mondial lorsque l’industrie se rétablira. », a-t-il ajouté.

L’AIAC recommande que le gouvernement du Canada prenne immédiatement les mesures ci-dessous pour pouvoir obtenir les meilleurs résultats possible et assurer la stabilité à long terme du secteur de l’aérospatiale au Canada.

  1. Élaborer un plan pragmatique et proportionnel afin de convaincre la population de prendre l’avion de nouveau.
  2. Adapter le programme de maintien de l’emploi du Canada et les mesures de liquidité afin de soutenir les employés d’industries qui prendront plus de temps à se rétablir.
  3. Étendre rapidement le soutien du gouvernement aux technologies vertes afin de permettre la décarbonation de secteurs clés, tout particulièrement les transports et l’aviation.
  4. Établir une nouvelle banque d’investissement à long terme afin de soutenir et de favoriser des chaînes d’approvisionnement de fabrication essentielles pour faire face à la transformation du marché qui s’annonce.
  5. Devancer les projets de marchés publics, tout particulièrement ceux des secteurs de la défense et de l’exploration spatiale, afin de contribuer à stimuler et à soutenir les chaînes d’approvisionnement de haute technologie au cours des mois difficiles à venir.
  6. Établir une stratégie sectorielle canadienne pour l’aérospatiale qui comprend l’aviation civile, la défense et l’exploration spatiale.

« Il est aujourd’hui plus important que jamais que le gouvernement fédéral travaille avec nous à l’élaboration d’une stratégie à long terme pour l’industrie canadienne de l’aérospatiale. Le maintien d’un secteur de l’aérospatiale fort est essentiel pour reconstruire l’économie canadienne, compte tenu de l’important apport de l’aérospatiale à la santé économique de notre pays — avec des chiffres d’affaires annuels de 31 milliards de dollars, un apport annuel de plus de 25 milliards de dollars au PIB et un total de près de 215 000 emplois », a déclaré M. Mueller.

Pour en savoir plus sur l’AIAC et Vision 2025, veuillez visiter le site www.aiac.ca.

À propos de l’AIAC

L’AIAC est l’association nationale qui représente le secteur de la fabrication et des services aérospatiaux au Canada. Cinquième en importance au monde, le secteur canadien de l’aérospatiale contribue près de 25 milliards de dollars au PIB du Canada, exporte 75 % de sa production et consacre plus de 20 % de ses activités à la recherche et au développement. Le secteur de l’aérospatiale procure de l’emploi à 215 000 travailleurs canadiens.

Pour de plus amples renseignements : www.aiac.ca                                                          

Personne-ressource pour les médias :

Christine Csversko
Directrice, Communications et marketing

ccsversko@aiac.ca
613 232-4297, poste 235


Le Très Honorable Justin Trudeau, P.C., M.P.

Premier minister

Gouvernement du Canada

Langevin Block,

Ottawa, ON

K1A0A2

L’honorable Navdeep Bains

Ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie

Chambre des communes

Ottawa, Ontario

K1A 9A6


Cher Premier ministre Trudeau et ministre Bains:

L’industrie aérospatiale du Canada est essentielle à l’économie du pays et elle nécessite une attention immédiate ainsi qu’une vision à long terme pour maintenir sa position de chef de file international.

Le Canada s’est taillé une place de choix parmi les nations aérospatiales grâce au travail acharné des membres de l’industrie, à une innovation constante ainsi qu’à la clairvoyance et au leadership sur le plan des politiques. Aujourd’hui, notre industrie aérospatiale est la cinquième en importance dans le monde et elle se classe parmi les trois prdddemières dans de nombreuses catégories de production : les simulateurs de vol civils, les turbopropulseurs et les moteurs d’hélicoptère, les avions d’affaires et les avions régionaux.

La pandémie de COVID-19 a une grave incidence sur le secteur de l’aérospatiale au Canada et elle menace sérieusement notre position sur le marché aérospatial compétitif à l’échelle internationale.

La protection de notre position et de la contribution annuelle de 25 milliards $ de notre secteur au PIB nécessite le même leadership politique et le même niveau de prévoyance institutionnelle que ceux des années d’après-guerre lorsque le Canada a commencé à bâtir ses capacités aérospatiales. L’engagement d’être un chef de file que nous avons alors pris en tant que nation est de nouveau nécessaire aujourd’hui.

L’aérospatiale est un secteur unique et stratégique en cela que la plupart des entreprises canadiennes ne se livrent pas concurrence entre elles, elles concurrencent collectivement celles d’autres pays. Et ces pays font de l’aérospatiale un élément clé de leurs plans de reprise économique. Le Canada se doit de prendre des mesures semblables, non seulement afin de conserver sa  position actuelle, mais aussi afin d’être prêt pour les occasions sur le marché lorsque l’industrie se rétablira.

Le présent document décrit les mesures que le gouvernement du Canada peut prendre immédiatement pour pouvoir garantir les meilleurs résultats possibles et la stabilité à long terme – et il réitère notre appel à l’élaboration d’une stratégie pour le secteur de l’aérospatiale au Canada en vue de nous montrer la voie à suivre. 

L’Association des industries aérospatiales du Canada réclame depuis plus d’un an une telle stratégie pour ce secteur névralgique, et un récent rapport de l’Institut du Québec a rappelé la nécessité pour l’aérospatiale au Canada d’être désignée comme une industrie stratégique.  Nous savons que la réussite à long terme de notre industrie dépend de sa capacité constante à innover, à livrer concurrence et à attirer des investissements au Canada. Un soutien ciblé du gouvernement, combiné à une stratégie sectorielle tournée vers l’avenir en matière de R et D et d’innovation, nous équipera pour affronter les concurrents internationaux les plus coriaces et contribuera à la durabilité économique future du Canada.

Le coût de la crise de la COVID-19

La COVID-19 a touché tous les Canadiens et tous les secteurs. Son incidence sur le secteur de l’aérospatiale a été particulièrement vive et grave. Le transport aérien international a chuté de 74 % entre les mois de janvier et avril 2020,[1] et l’Association du Transport Aérien International (IATA) prévoit que les revenus mondiaux provenant des voyageurs aériens pourraient diminuer de 113 milliards $US d’ici la fin de l’année.[2] Cette crise a également des répercussions considérables sur l’aviation générale.  Les avions ont été cloués au sol. Des commandes d’aéronefs ont été annulées. Les dépenses en aval dans le secteur de la défense pourraient aussi être touchées, de nombreux pays ayant dû consacrer tellement de ressources à la COVID-19.[3]

Selon Exportation et développement Canada (EDC), les transporteurs aériens et l’aérospatiale ont été les deuxièmes industries les plus touchées sur le marché boursier canadien depuis le début de 2020.[4] Même après la réduction des infections locales à la COVID-19, les déplacements risquent d’être beaucoup moins nombreux que l’année précédente, comme on peut le constater en Chine, où le marché d’après la reprise demeure inférieur d’environ 70 % à celui de 2019.[5]

Un récent sondage a révélé que plus de 95 % des entreprises membres de l’Association des industries aérospatiales du Canada fonctionnent à une fraction de leur capacité ou ont interrompu leurs activités. Plus de la moitié d’entre elles (60 %) ont mis des travailleurs à pied et 76 % s’attendent à le faire au cours des six prochains mois. Dans l’ensemble, nos membres disent s’attendre à voir leurs revenus chuter de 40 % en 2020 en raison de la crise.[6]

Des mesures prises dès maintenant contribueront à garantir que ces répercussions soient temporaires et que nous soyons prêts à aborder l’avenir avec une industrie canadienne renforcée et un gouvernement canadien engagé.

Il y a de nombreuses raisons convaincantes de prendre de telles mesures. L’industrie aérospatiale du Canada a des antécédents confirmés en ce qui concerne l’investissement dans les économies locales de toutes les régions du pays, fournissant plus de 215 000 emplois qualifiés et bien rémunérés, et soutenant plus de 500 petites entreprises. L’aérospatiale est 29 % plus orientée vers l’exportation que le secteur manufacturier en général et c’est un moteur essentiel de l’innovation, comptant pour 35 % de l’investissement total du secteur manufacturier du Canada en R et D en 2018.[7] Ces importantes contributions économiques peuvent être protégées.

Relever les défis actuels

Les étapes suivantes contribueront à secourir l’industrie aérospatiale aujourd’hui et à jeter les bases d’un avenir florissant après la crise de la COVID-19 :

  1. Élaborer un plan pragmatique et proportionnel afin de convaincre la population de prendre l’avion de nouveau.

Les transporteurs aériens stimulent la demande pour la fabrication qui représente 69 % des activités du Canada en matière d’aérospatiale et de défense. Ce sont également d’importants acheteurs de services d’entretien, de réparation et de révision (concept de MRO) qui représentent les 31 % restants des activités de notre secteur.[8] Sans conteste, notre industrie a besoin d’aéronefs dans le ciel, et le soutien des transporteurs aériens doit comprendre un soutien pour l’industrie qui maintient ces avions dans les airs.

En même temps, nos membres ont clairement indiqué qu’ils souhaitent seulement que l’économie reprenne graduellement et de manière durable.[9] Le gouvernement du Canada peut jouer un rôle déterminant dans son soutien à la survie des transporteurs aériens du pays en s’assurant que les voyages en avion puissent reprendre de manière sécuritaire et socialement acceptable, et en le communiquant à la population.  L’Association des industries aérospatiales du Canada recommande que le gouvernement collabore avec elle pour mettre sur pied un groupe de travail formé d’associations aux vues similaires afin de se pencher sur les façons de rétablir des déplacements sécuritaires et socialement acceptables, ce qui comprend l’adoption de technologies nouvelles.

  1. Adapter le programme de maintien de l’emploi du Canada et les mesures de liquidité afin de soutenir les employés d’industries qui prendront plus de temps à se rétablir.

Notre secteur est conscient du fait que toutes les répercussions de la crise actuelle restent à venir. En raison des longs délais d’approvisionnement des activités d’entretien, de réparation et de révision, et des chaînes d’approvisionnement de fabrication, de nombreuses entreprises aérospatiales s’attendent à vivre de plus grandes difficultés au cours de l’été et de l’automne 2020 qu’à l’heure actuelle.

La prolongation de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) fournirait un soutien crucial aux entreprises aérospatiales. [10] Une telle prolongation est nécessaire en termes à la fois de durée, puisque des pays « concurrents » comme l’Allemagne et la France se sont engagés à instaurer des programmes pluriannuels de soutien des salaires ,[11] et d’applicabilité, puisqu’à l’heure actuelle de nombreuses entreprises ne se qualifient pas en raison de la façon dont elles sont structurées.

  1. Étendre rapidement le soutien du gouvernement aux technologies vertes afin de permettre la décarbonation de secteurs clés, tout particulièrement les transports et l’aviation.

Le changement climatique est une préoccupation mondiale qui nécessite que le gouvernement et l’industrie agissent de concert et de manière décisive. Ces dernières années, l’aérospatiale a fait de grands pas dans « l’assainissement et l’écologisation », développant des technologies et des approches conceptuelles qui réduisent la consommation de carburant, contribuant ainsi à diminuer les émissions liées à l’aviation alors même que le trafic a connu une hausse fulgurante. Le fait de rendre l’aérospatiale et ses activités plus durables rendra notre secteur plus concurrentiel, et cela offrira d’immenses occasions pour les PME canadiennes.

Le Canada a le potentiel de devenir un chef de file mondial dans ce domaine en tant que concepteur d’avant-garde de véhicules aériens électriques carboneutres et de capacités de vol autonome. À court terme, après la crise de la COVID-19, le fait d’être plus vert contribuera à améliorer la situation financière du secteur. Dans l’avenir, cela nous mènera vers de nouveaux domaines de prospérité et de mobilité.

  1. Établir une nouvelle banque d’investissement à long terme afin de soutenir et de favoriser des chaînes d’approvisionnement de fabrication essentielles pour faire face à la transformation du marché qui s’annonce.

Étant donné que le secteur de l’aérospatiale du Canada est axé à 80 % sur l’exportation, il a un rôle essentiel à jouer dans la reprise économique globale du pays après la crise de la COVID-19. D’autres pays investissent dans leurs propres secteurs. Puisque l’aérospatiale est intégrée de manière presque unique – englobant un écosystème véritablement mondial –, nous devons suivre le rythme. Cela signifie investir dans des technologies de prochaine génération, faire croître les marchés axés sur l’avenir, renforcer nos chaînes d’approvisionnement et développer une masse critique d’entreprises innovantes. L’établissement d’un mécanisme pour faciliter un tel investissement sera un précieux instrument tant à court qu’à long terme.

  1. Devancer les projets de marchés publics, tout particulièrement ceux des secteurs de la défense et de l’exploration spatiale, afin de contribuer à stimuler et à soutenir les chaînes d’approvisionnement de haute technologie au cours des mois difficiles à venir.

Les domaines de la défense et de l’exploration spatiale au sein de l’industrie aérospatiale ont généré de nombreuses décennies d’innovations et ils contribuent fortement à l’économie canadienne. Les marchés publics en faveur de plateformes, de produits, de systèmes et de services aideront à soutenir les entreprises dans ces domaines tout au long de la période de la COVID-19, et cela fournira des occasions de maintenir les travailleurs de l’aviation civile employés en attendant la relance de ce secteur de l’industrie. L’approvisionnement est important en soi, mais qui plus est, il garantira la progression des contrats et l’injection de flux de trésorerie dans le système afin que les entreprises puissent poursuivre leurs activités. La clé est un financement prévisible et stable en défense, au même niveau que d’autres pays qui ciblent leurs projets et leur financement, afin que le Canada puisse suivre le rythme.

  1. Établir une stratégie sectorielle canadienne pour l’aérospatiale qui comprenne l’aviation civile, la défense et l’exploration spatiale.

Les circonstances extrêmes provoquées par la pandémie de COVID-19 et les réponses d’autres pays ont souligné la nécessité d’une stratégie sectorielle canadienne pour l’aérospatiale qui cible clairement les endroits particuliers où nous souhaitons que le Canada soit un chef de file reconnu dans le secteur de l’aérospatiale. 

Nous avons une telle stratégie, appelée Vision 2025, qui veille à ce que le Canada se concentre sur ses forces et sur ses facteurs de différenciation, ainsi que sur les meilleures occasions de croissance, depuis les technologies vertes et l’entretien, la réparation et la révision, afin d’accélérer la transformation numérique et le perfectionnement de la main-d’œuvre. [12] Nous avons besoin d’une stratégie parce que les efforts concertés et coordonnés du gouvernement, de l’industrie et même des écosystèmes en dehors de notre secteur seront nécessaires pour convertir la crise de la COVID-19 en une occasion transformationnelle.[13] Notre association a un plan et les membres de l’industrie travaillent actuellement à trouver des possibilités d’action. Le partenariat du gouvernement du Canada est nécessaire pour concrétiser ce plan.

Une vision pour l’industrie aérospatiale du Canada

Au-delà des mesures décrites ci-dessus, la crise de la COVID-19 renforce la nécessité de mettre l’accent sur les six priorités établies dans le programme Vision 2025 de l’Association des industries de l’aérospatiale du Canada, publié au printemps 2019.[14] Vision 2025 appelait l’industrie et le gouvernement à travailler de concert pour :

  1. Accroître notre soutien à la main-d’œuvre la plus qualifiée au monde.
  2. Assurer le développement des petites et moyennes entreprises du secteur de l’aérospatiale.
  3. Employer l’innovation comme levier pour les nouvelles technologies, notamment les vols carboneutres et les avions autonomes.
  4. Investir pour que Transports Canada maintienne son statut reconnu internationalement pour la certification et la réglementation des aéronefs.
  5. Maximiser le leadership du Canada dans l’exploration spatiale.
  6. Maximiser les retombées des marchés publics de la défense nationale et les partenariats gouvernementaux pour stimuler la croissance industrielle.

Nous continuons à soutenir ces objectifs, tout particulièrement la nécessité de ressources accrues pour recycler les employés afin de positionner l’industrie pour qu’elle connaisse du succès après la crise de la COVID-19.  Les objectifs de Vision 2025 sont d’une importance capitale pour la vitalité à long terme de l’industrie aérospatiale innovante du Canada. Nous espérons que le gouvernement du Canada sera solidaire de notre industrie. 

Nous avons beaucoup entendu parler d’un soutien général du gouvernement pour le document Vision 2025, mais très peu de réflexion solide à long terme n’a surgi qui permettrait d’atteindre nos objectifs communs. Nous devons passer de l’accord à l’action.

De l’aide aujourd’hui – et une plateforme pour la prospérité future

Le Canada a une solide réputation en aérospatiale à protéger, et une position de force de longue date sur laquelle miser. Nous pouvons y arriver si nous agissons maintenant.

Bien que nous comprenions que toutes les industries et tous les secteurs font face à des difficultés, une industrie aérospatiale renforcée et soutenue pourrait jouer un rôle important dans la relance globale du Canada. L’aérospatiale touche tous les aspects de l’économie, transportant des personnes et des biens, permettant les interventions d’urgence et facilitant le commerce et le tourisme.

Les petites et moyennes entreprises de tout notre secteur appellent le gouvernement à l’aide afin de pouvoir survivre à cette crise et d’être en mesure d’en profiter lorsque l’industrie mondiale rebondira. Les plus gros acteurs recherchent des signes de l’engagement à long terme du gouvernement du Canada à l’égard de l’industrie aérospatiale.

Si nous y parvenons ensemble, le Canada émergera de l’ère de la COVID-19 avec une industrie aérospatiale encore plus forte et mieux équipée pour contribuer sur les plans économique, social et environnemental pendant des dizaines d’années à venir.

Prendre les mesures appropriées aujourd’hui est l’occasion d’engager ce processus.

Cordialement,

A picture containing drawing

Description automatically generated

Jim Quick

Président et CEO

Association des industries aérospatiales du Canada


cc: L’honorable Marc Garneau, Ministre des Transports

cc: L’honorable Bill Morneau, Ministre des Finances

cc: L’honorable François-Philippe Champagne, Ministre des Affaires étrangères

cc: L’honorable Harjit Sajjan, Ministre de la Défense nationale

cc: L’honorable Mary Ng, Ministre du Commerce international, Ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations
cc: L’honorable Anita Anand, Ministre des Services publics et de l’Approvisionnement

cc: L’honorable Carla Qualtrough, Ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées
cc: L’honorable Mélanie Joly, Ministre du Développement économique

cc: L’honorable Andrew Scheer, Chef du Parti conservateur du Canada

cc: Jagmeet Singh, Chef du Nouveau Parti démocratique
cc: Yves-François Blanchet, Chef du Bloc Québécois

cc: Yvan Baker, Libéral Member of Parliament – Caucus parlementaire aérospatial de l’AIAC
cc: Matt Jeneroux, Conservateur Député – Caucus parlementaire aérospatial de l’AIAC

cc: Alexandre Boulerice, Nouveau Parti démocratique Député – Caucus parlementaire aérospatial de l’AIAC

cc: Simon-Pierre Savard-Tremblay, Bloc Québécois Député – Caucus parlementaire aérospatial de l’AIAC
cc: L’honorable Michelle Rempel Garner, Ministre du cabinet fantôme responsable de l’Industrie et du Développement économique
cc: Brian Masse, Porte-parole, Innovation

cc: Louise Charbonneau, Porte-parole pour science et innovation

cc: James Cumming, Ministre du cabinet fantôme responsable de la Petite entreprise et de la Promotion des exportations
cc: Tracy Gray, Ministre du cabinet fantôme responsable du Commerce interprovincial

cc: Bernard Généreux, Ministre du cabinet fantôme responsable du Développement économique rural et de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec
cc: Scott Duvall, Porte-parole, Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l’Ontario

cc: Charlie Angus, Porte-parole, Initiative fédérale du développement économique pour le Nord de l’Ontario

cc: Lindsay Mathyssen, Porte-parole adjoint pour les Petites Entreprises

cc: Simon Kennedy, Vice-ministre, Innovation, Sciences et Développement économique Canada

cc: Michael Keenan, Vice-ministre, Transports Canada

cc: Paul Halucha, Secrétaire adjoint du Cabinet pour Bureau du Conseil privé.

cc: Gouvernements provinciaux

cc: Associations provinciales

cc: AIAC Membership


[1] EDC. Webinaire sur la situation économique de l’Association des industries aérospatiales du Canada. Mai 2020.

[2] Source en ligne : https://www.canadianshipper.com/transportation-and-logistics/covid-19-threatens-canadian-aerospace-companies-as-global-air-travel-plummets/1003382932/.

[3] Source en ligne : https://www.accenture.com/ca-en/insights/aerospace-defense/coronavirus-build-aerospace-and-defense-resilience.

[4] EDC. Webinaire sur la situation économique de l’Association des industries aérospatiales du Canada. Mai 2020.

[5] Roland Berger pour l’Association des industries aérospatiales du Canada. Webinaire sur les perspectives mondiales des secteurs de l’aérospatiale et de la défense. Avril 2020.

[6] Avascent pour l’Association des industries aérospatiales du Canada. COVID-19 Industrial Impacts: Data Collection and Analysis. Mai 2020.

[7] ÉBAUCHE de note de breffage d’E&Y .

[8] ÉBAUCHE de note de breffage d’E&Y .

[9] Avascent pour l’Association des industries aérospatiales du Canada. COVID-19 Industrial Impacts: Data Collection and Analysis. Mai 2020.

[10] Avascent pour l’Association des industries aérospatiales du Canada. COVID-19 Industrial Impacts: Data Collection and Analysis. Mai 2020.

[11] Roland Berger pour l’Association des industries aérospatiales du Canada. Webinaire sur les perspectives mondiales des secteurs de l’aérospatiale et de la défense. Avril 2020.

[12] Avascent pour l’Association des industries aérospatiales du Canada. COVID-19 Industrial Impacts: Data Collection and Analysis. Mai 2020.

[13] Avascent pour l’Association des industries aérospatiales du Canada. COVID-19 Industrial Impacts: Data Collection and Analysis. Mai 2020.

[14] Roland Berger pour l’Association des industries aérospatiales du Canada. Webinaire sur les perspectives mondiales des secteurs de l’aérospatiale et de la défense. Avril 2020.