Déclaration de fin d’année

22 décembre, 2022

 

Déclaration de Mike Mueller, président et chef de la direction de l’AIAC

« Alors que nous terminons l’année 2022 et que nous nous tournons vers 2023, le secteur aérospatial canadien est devant de nombreuses opportunités et de nombreux défis. 

 

« Les défis globaux et les possibilités technologiques des prochaines décennies exigeront le meilleur de l’aérospatiale canadienne.  En tant que moteur important de l’économie canadienne, je sais que notre industrie est prête à relever le défi.

 

« Comme nous l’avons déjà dit, pour être compétitif, le Canada a besoin d’une coordination ciblée qui tire parti de nos forces collectives et qui crée un écosystème d’innovation aérospatiale pour l’avenir.

 

« Afin de saisir\ le plein potentiel de ce qui est à venir, l’industrie a besoin d’une stratégie aérospatiale nationale spécifique qui tracera la voie – assurant ainsi le maintien d’une fierté canadienne et la prospérité économique grâce aux importantes réalisations aérospatiales de notre nation dans les secteurs civil, de la défense et de l’espace.

 

« En ce qui concerne l’approvisionnement gouvernemental, les entreprises et les travailleurs canadiens bénéficieront du fait que le gouvernement prévoit acquérir de nombreuses ressources d’importance pour l’Aviation royale du Canada au cours des prochaines années.  En regardant vers l’avenir, nous continuons d’encourager le gouvernement à inclure l’ensemble de l’industrie
pour s’assurer que ces décisions importantes en matière d’approvisionnement profitent au Canada et à toutes les entreprises car elles proposent des solutions qui répondront le mieux à nos besoins en matière de sécurité nationale tout en maximisant les avantages économiques, industriels et technologiques pour notre pays. 

 

« En ce qui concerne la fiscalité, l’imposition par le gouvernement fédéral d’une taxe manufacturière sur les aéronefs d’affaires a un impact négatif considérable sur la fabrication canadienne et décourage les entreprises d’acheter des produits fabriqués au Canada.  Une étude récente a montré que plus de 2 000 emplois seront touchés. Aucune autre juridiction n’impose une telle taxe pénalisant sa propre industrie aérospatiale nationale et nos pertes seront un gain pour les nations concurrentes. Cette taxe devrait être abrogée en 2023.

 

« En conclusion, le cœur de l’industrie aérospatiale canadienne est composée d’hommes et de femmes et notre main-d’œuvre est l’une des plus qualifiées au monde. Nous devons les soutenir afin de conserver et de développer notre bassin de talents pour des emplois à valeur ajoutée et bien rémunérés – par le biais de programmes de main-d’œuvre qualifiée, de l’immigration, de partenariats avec des établissements postsecondaires et d’une plus grande collaboration entre l’industrie et le gouvernement.

 

« Sur cette note, nous attendons avec impatience toutes les possibilités que 2023 apportera à notre industrie aérospatiale, un des leaders mondial du secteur. »