Statistiques Sur L’industrie

En juin 2016, l’AIAC et Innovation, Sciences et Développement économique Canada ont publié conjointement un document intitulé Le rapport 2016 sur l’état de l’industrie aérospatiale canadienne, qui contient des données à jour et des analyses sur l’industrie aérospatiale canadienne en date de 2016.

glass curtain wall and aircraft against a blue sky

(Cliquer ici pour télécharger)

À moins d’indication contraire, toutes les données sont de 2015.

Retombées économiques

  • Un apport de plus de 28 milliards de dollars au PIB et de 211 000 emplois à l’économie canadienne[1].
  • L’industrie a généré directement des recettes de 29,8 milliards de dollars, créé 89 000 emplois et contribué de 13,3 milliards de dollars au PIB.[2]
  • Plus de 70 % de l’activité du secteur est consacrée à la fabrication et les 30 % restant englobent des activités d’entretien, de réparations et de révisions (ERR).
  • Les deux secteurs de la fabrication et des services ERR de l’aérospatiale ont connu une croissance de leur contribution au PIB entre 2010 et 2015, avec des progressions respectives supérieures à 11 % et à 25 %

L’activité aérospatiale canadienne

  • L’industrie canadienne de l’aérospatiale comprend une combinaison d’activités civiles, commerciales, de défense et de systèmes spatiaux.
  • La haute technologie dans les domaines des C4ISR[3] et les biens et les services relevant des systèmes d’avionique et de simulation ont accaparé plus d’un tiers de l’ensemble des ventes de l’aérospatiale de défense.
  • Les activités dans le domaine des systèmes spatiaux se répartissent entre les marchés civils et de défense.
  • L’industrie de la fabrication aérospatiale contribue à près de 30% de l’investissement en R. et D. de l’ensemble du secteur de la fabrication canadien.

Innovation

  • L’industrie investit 1,9 milliard de dollars par année en R et D.
  • Près de 20 % de l’activité de l’industrie est consacrée à la R et D.
  • Les investissements en R et D ont augmenté de plus de 20 % au cours des cinq dernières années (2010–2015).
  • L’intensité de la R et D[5] dans le domaine manufacturier de l’aérospatiale est cinq fois plus élevées que la moyenne de l’ensemble du secteur manufacturier canadien.
  • Une forte proportion de la main-d’œuvre canadienne de l’aérospatiale participe à l’innovation (30 % des employés de l’aérospatiale canadienne sont des ingénieurs, des scientifiques et des techniciens).

 Perspective manufacturière

 Quand on procède à la comparaison avec la moyenne de l’ensemble du secteur manufacturier canadien, le secteur manufacturier de l’aérospatiale est caractérisé par :

  • 30% de valeur ajoutée additionnelle par employé[6]
  • Salaires 60% plus élevés
  • Intensité de la R et D 5 fois supérieure
  • Intensité des exportations 1,4 fois supérieure[7]

 Performance internationale

Dans le monde, le Canada se classe au troisième rang de la production d’avions civils[8].

Lorsqu’on compare le volet manufacturier du secteur canadien de l’aérospatiale à celui des autres pays de l’OCDE, on obtient les classements suivants[9] :

  • No 1 – Importance stratégique pour l’ensemble du secteur manufacturier[10];
  • No 3 – Intensité de la R et D, derrière la France et les États-Unis.
  • No 5 – Contribution au PIB, derrière les États-Unis, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

Le secteur canadien de l’aérospatiale exporte près de 80 % de ces produits sur des marchés et des créneaux hautement diversifiés.

Toutes les exportations de produits canadiens de l’aérospatiale ont augmenté au cours de la période 2010–2015.


[1] Statistique Canada a procédé à une révision des chiffres de l’emploi dans le volet production des produits et des pièces de l’aéronautique (2014)

[2] Modélisation économique fondée sur des données de Statistique Canada (Registre des entreprises et Système canadien d’information socio-économique [CANSIM]),, des multiplicateurs d’entrées-sorties nationales de Statistique Canada (données de 2011 rajustées selon le PIB et l’emploi en 2015),  de l’Agence du revenu du Canada, de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et d’observations à l’échelle des entreprises, 2016.

[3] Systèmes de commandement, de contrôle, de communication, d’ordinateurs, de renseignements, de surveillance et de reconnaissance (systèmes.

[4] Source : Enquête sur les secteurs canadiens de la défense, de l’aérospatiale et de l’industrie marine commerciale et civile (2014), 2016.

[5] R et D / PIB

[6] Valeur ajoutée (PIB) /  Emplois à temps plein (ETP)

[7] Exportations / Expéditions

[8] Production d’avions : Moyenne des prévisions du  Forecast International and Teal Group Forecasts, 2015

[9] Analyse de 2011.

[10] Analyse en fonction du PIB.