Epicor ERP Software

L'Initiative des futures grandes plateformes (IFGP)

  • L’Initiative des futures grandes plateformes (IFGP) est menée par l’industrie canadienne de l’aérospatiale et gérée par l’Association des industries aérospatiales du Canada avec le soutien des entreprises membres, d’Industrie Canada, du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, du Conseil national de recherches Canada – Institut de recherche en aérospatiale – et de plusieurs établissements universitaires.

    L’IFGP a pour objectif de positionner stratégiquement les fournisseurs canadiens de l’aérospatiale pour la prochaine génération de plateformes commerciales en priorisant les technologies et en alignant les mécanismes de soutien publics afin de faciliter le développement de technologies ciblées. Le bien-fondé de l’IFGP, son objectif et une série de recommandations sont présentées dans un rapport transmis au ministre de l’Industrie en juillet 2008. Cela a conclu la phase 1 de l’initiative. Depuis, on a réalisé beaucoup de progrès. Le gouvernement a répondu à certaines des recommandations clés du rapport en annonçant :

    • un financement additionnel de 200 millions de dollars pour l’Initiative stratégique pour l’aérospatiale et la défense (ISAD) (9 sept. 2009); 
    • l’apport de sept changements importants à la Politique des retombées industrielles et régionales (24 sept. 2009);
    • des fonds supplémentaires de 200 millions de dollars au cours des deux prochaines années pour le Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) du CNRC (Budget de 2009, Plan d’action économique du Canada). 

    La phase 2, phase actuelle, vise à interagir avec quatre FEO ciblés (Boeing, Airbus, Bombardier et Embraer), en poursuivant des options axées sur la création d’un programme national de démonstration de technologie et en soutenant les changements proposés au programme des retombées industrielles et régionales.  

    Situation actuelle de l’industrie

    Le Canada est devenu un chef de file mondial dans le domaine de l’aérospatiale en raison du développement opportun de capacités dans des créneaux particuliers qui ont donné lieu à des mandats de produits mondiaux et à des produits d’avant-garde dans le monde. Les entreprises canadiennes profitent d’un créneau d’approvisionnement dans la plupart des programmes existants. Il est impératif de protéger et de faire croître cette part de marché.

    La production d’aéronefs est concentrée parmi quatre fabricants d’équipement d’origine (FEO) : Boeing, Airbus, Bombardier et Embraer. Lorsqu’un de ces fabricants lance un nouveau programme, s’offre la possibilité d’approvisionner ce programme pendant plus de 20 ans. Des exemples de l’importance d’un tel débouché sont évidents lorsqu’on considère le potentiel des programmes de remplacement des appareils à couloir unique Boeing 737 et Airbus A320, de la C-Series de Bombardier ou des avions d’affaires d’Embraer.

    Les quatre principaux FEO sont en train de réduire le nombre de fournisseurs de niveau 1 et exigent qu’ils partagent les risques, se chargent de la conception et de l’intégration intégrales de systèmes d’avion complets et gèrent l’ensemble des sous-fournisseurs internationaux. L’exigence d’apporter plus de valeur ajoutée se répercute dans toute la chaîne d’approvisionnement. Les fournisseurs doivent en effet avoir plus de capacité pour assumer les risques en investissant directement dans les programmes, par le développement de la technologie, et en soutenant la production aux premiers stades.

    Même si le marché mondial de l’aérospatiale offre des possibilités de croissance considérables, il n’en demeure pas moins que le succès futur de l’industrie canadienne ne peut être tenu pour acquis. En effet, le succès dépend de la capacité de l’industrie de passer des plateformes existantes aux nouvelles grandes plateformes. L’industrie devra accroître son efficience, innover et trouver de nouvelle solutions pour mettre au point des aéronefs plus sûrs et plus rentables, à la fois sur le plan du coût d’acquisition initial et du point de vue de l’efficience d’exploitation.

    Évolution du contexte

    Le Canada fait face à un nombre croissant de concurrents émergents qui sont engagés stratégiquement dans l’aérospatiale (p. ex., la Chine, le Japon, la Russie, l’Inde et le Mexique.) et qui sont en train de se positionner pour décrocher des lots de travaux dans les futures plateformes.

    Pour que le Canada puisse maintenir son leadership, l’IFGP soutient qu’il faut un solide partenariat continu entre l’industrie, le gouvernement, le milieu universitaire et les FEO afin de trouver de nouvelles technologies de créneau de pointe et de déterminer des lots de travaux visant à aider l’industrie canadienne à exceller aux premiers stades des nouveaux programmes.
    L’IFGP reconnaît aussi qu’il est nécessaire de faire ce qui suit :

    • renforcer la capacité d’intégrateurs de systèmes en vue d’être en mesure de partager les coûts de développement avec les FEO et d’offrir des solutions plus complètes ou globales;
    • accroître les investissements stratégiques dans la conception et les processus de fabrication de pointe pour produire des produits à plus grande valeur ajoutée ;
    • faire en sorte que les FEO s’engagent plus tôt pour aligner le développement de la technologie sur leurs besoins futurs. 

    Réalisations et contexte actuel

    L’AIAC continue de soutenir qu’Industrie Canada devrait mettre sur pied un programme national de démonstrateurs technologiques. Il y a eu des progrès positifs au cours de la dernière année avec la poursuite des consultations auprès des représentants de l’industrie et l’inclusion des intervenants clés dans l’analyse continue.

    Les sept changements importants apportés récemment à la Politique sur les retombées industrielles et régionales tiennent compte des recommandations de l’IFGP. Ils contribueront vraisemblablement à inciter les grands FEO à investir dans les technologies ciblées par l’IFGP. (pour plus de détails, voir : http://www.ic.gc.ca/eic/site/ad-ad.nsf/fra/ad03921.html)

    Un financement additionnel de 200 millions de dollars a été accordé à l’Initiative stratégique pour l’aérospatiale et la défense. Des ressources supplémentaires sont donc disponibles pour financer des projets liés à l’IFGP. (Vous pouvez consulter l’annonce à : http://www.actionplan.gc.ca/fra/media.asp?id=1893)

    Des fonds additionnels de 200 millions de dollars sur deux ans ont été attribués au Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI) du CNRC. (pour plus de détails, voir : http://www.nrc-cnrc.gc.ca/fra/news/nrc/2009/04/06/irap-acadian.html)

    Le Groupe de travail sur les technologies a mis sur pied trois sous-groupes : structures, systèmes et propulsion. Chaque sous-groupe est chargé de faire ce qui suit : 1) prioriser les technologies nécessaires pour participer aux futures plateformes; 2) cerner les capacités et lacunes canadiennes au sein du processus d’innovation; 3) donner un aperçu de trois (un par sous-groupe) programmes de démonstration de technologie alignés sur les technologies prioritaires.

    On a formé des groupes de travail sur les FEO-IFGP – Airbus, Boeing, Embraer et Bombardier – et on mène des activités visant à aligner le développement de la technologie canadienne sur les besoins futurs des FEO.

    L’Initiative des futures grandes plateformes

    Questions et réponses

    1. Qu’est-ce que l’Initiative des futures grandes plateformes (IFGP)?

    L’IFGP est une stratégie qui vise à positionner les fournisseurs canadiens de l’aérospatiale pour la prochaine génération de plateformes d’aéronefs. Elle peut être divisée en deux phases, une phase de recherche et d’analyse qui a mené à la production d’un rapport en collaboration avec plusieurs organisations partenaires, et la phase actuelle qui vise à interagir avec les quatre FEO ciblés (Boeing, Airbus, Bombardier et Embraer), en poursuivant des options axées sur la création d’un programme national de démonstration de technologie et en soutenant les changements proposés au programme des retombées industrielles et régionales.

    2. Quelle est la structure soutenant l’IFGP? 

    fmp-structure-fr.jpg

    L’IFGP est dirigée par un Comité directeur composé des présidents/coprésidents des groupes de travail et de représentants des organisations partenaires : CNRC, Industrie Canada et MAECI.

    On dénombre actuellement cinq groupes de travail actifs : le Groupe de travail sur les technologies qui, lui, compte trois sous-groupes : structures, systèmes et propulsion; et quatre groupes de travail liés aux FEO : Boeing, Airbus, Bombardier et Embraer. Chaque groupe de travail est présidé par un représentant d’une organisation partenaire et se compose de plusieurs membres.

    3. Qui participe à l’IFGP?

    Plusieurs experts de l’aérospatiale de l’AIAC, du gouvernement, du milieu universitaire et de l’industrie ont contribué – et continuent de collaborer – à l’IFGP. Parmi les partenaires figurent des représentants des organisations suivantes : l’Association des industries aérospatiales du Canada et plusieurs de ses entreprises membres et membres associés, Industrie Canada, le ministère des Affaires étrangères, le Conseil national de recherches Canada – Institut de recherche en aérospatiale – et plusieurs établissements universitaires.

    4. Quels sont les objectifs des groupes de travail liés aux FEO (Airbus, Boeing, Bombardier et Embraer)?

    Les groupes de travail liés aux FEO ont les objectifs suivants :

    •  recueillir des renseignements sur les futurs grands programmes (dates de lancement, éléments de conception, facteurs et exigences technologiques, etc.); 
        
    •  évaluer les possibilités pour l’industrie canadienne en coordination avec le Groupe de travail sur les technologies; 
        
    •  planifier et exécuter des activités visant à assurer une importante participation du Canada aux futurs grands programmes.

    5. Quels sont les objectifs du Groupe de travail sur les technologies? 

    •  Dégager un consensus entre les intervenants au sujet d’une liste des technologies prioritaires nécessaires pour maintenir ou accroître la participation du Canada aux futures grandes plateformes. 
        
    •  Déterminer les forces, faiblesses, possibilités et menaces liées au développement des domaines technologiques ciblés et en particulier mettre en lumière les lacunes dans le processus d’innovation dont il faut s’occuper. 
        
    •  Cerner les possibilités de développement de technologie en collaboration ainsi que les projets de démonstration de technologie. 
        
    •  Assurer la liaison avec les FEO, par l’entremise des groupes de travail de l’IFGP, afin de valider la liste des domaines technologiques prioritaires et de corréler le tout avec les besoins technologiques des FEO.

    6. Quels sont les objectifs des sous-groupes technologiques (structures, propulsion et systèmes)?

    Les sous-groupes technologiques ont les objectifs suivants : 

    •  prioriser les technologies dans chacun de leur domaine respectif; 
        
    •  cerner les capacités et les lacunes canadiennes dans le processus d’innovation; 
        
    •  donner un aperçu de trois programmes de démonstration de technologie alignés sur les technologies prioritaires au sein du groupe.

    7. Pourquoi le Canada a-t-il besoin d’une stratégie pour positionner l’industrie de l’aérospatiale sur les futures grandes plateformes?

    L’industrie canadienne de l’aérospatiale est devenue un chef de file mondial en raison du développement opportun de capacités dans des créneaux particuliers qui ont donné lieu à des mandats de produits mondiaux et à des produits d’avant-garde dans le monde. Toutefois, les plateformes actuelles seront bientôt remplacées par de nouveaux avions qui reposeront sur des technologies plus efficientes et plus vertes. Les fournisseurs seront tenus de posséder une capacité beaucoup plus grande pour fournir la capacité d’intégration des systèmes, et de jouer un rôle beaucoup plus grand dans le développement des produits. Les programmes de l’aérospatiale à venir sont une possibilité s’offrant une fois dans une génération d’approvisionner les grandes plateformes dans l’aérospatiale commerciale. Afin d’être bien positionnés pour le processus de sélection des fournisseurs des FEO pour les nouveaux avions, les fournisseurs canadiens de l’aérospatiale devront créer de nouvelles solutions technologiques de pointe et bâtir les capacités requises bien avant le lancement des nouveaux programmes.

    8. Quelles sont les plateformes de prochaine génération?

    Afin de prioriser les ressources, on se concentre sur l’un ou l’autre des nouveaux produits commerciaux d’un des quatre FEO (Boeing, Airbus, Bombardier, Embraer), comme les programmes de remplacement des appareils à couloir unique Boeing 737 et Airbus A320, la C-Series de Bombardier et les avions d’affaires d’Embraer. D’autres FEO pourraient être considérés si se présentent suffisamment de possibilités.

    9. Comment l’IFGP est-elle financée?

    L’IFGP bénéficie du soutien en nature des parties participantes. L’AIAC assume le leadership global; Industrie Canada apporte le soutien de secrétariat; le CNRC facilite le travail accompli à l’égard de la technologie, de l’innovation et de la R-D; et le MAECI facilite les liens entre les entreprises canadiennes et les FEO internationaux ciblés. De plus, plusieurs entreprises membres et membres associés de l’AIAC fournissent volontairement leur temps et leurs connaissances.

    10. Qui bénéficiera du succès de l’IFGP?

    Même si l’initiative est axée sur les entreprises canadiennes ou les instituts de recherche intéressés à poursuivre du travail commercial en aérospatiale avec les quatre principaux FEO, il n’en demeure pas moins que le travail de l’IFGP s’applique à l’ensemble de l’industrie canadienne de l’aérospatiale. En effet, le travail de développement technologique et les changements apportés aux politiques d’Industrie Canada influent positivement sur tous les Canadiens oeuvrant dans l’aérospatiale.

    11. Comment puis-je participer?

    C’est facile – veuillez communiquer avec Les Aalders  et lui laisser savoir à quel groupe de travail vous êtes intéressé.